Book Review #7

English

Woman at Point Zero – Nawal El Saadawi

Nawal El Saadawi is the author who introduced me to Feminist Arab literature. Known as Egypt’s radical feminist, she has dedicated her life to fighting patriarchy and female oppression without any regard to the public outrage and criticisms received in response (despite losing her job for her political activism). She was a doctor, a writer, a feminist who is often identified as the “Simone de Beauvoir of the Arab World.” Her works explore controversial issues such as prostitution, domestic violence, religious fundamentalism and female genital mutilation.

Woman at point zero follows the life of Firdaus, a woman abused by men and whose desire for revenge and freedom ends in the killing of a man. Her act of revenge is presented as a cry of despair in a society where she felt so hopeless in the face of injustice, that death was the only way out. The book begins one night before her execution in a prison as she recounts her story to a female psychiatrist with so much urgency and vulnerability in her voice. We are slowly but painfully introduced to her past as a prostitute suppressing her feelings and trauma from earlier experiences of sexual abuse and humiliation. Her suffering is almost palpable in her words which leaves us feeling so uncomfortable, yet unable to close the book…

Firdaus is a character I will never be able to forget. Her strength and suffering made me angry, sad, appalled at times, yet I never doubted her story. I had many conversations with some friends (mainly Europeans) about what she experienced and most of them could not believe that a woman could face so much suffering and neglect just because of her gender. Unfortunately, as an Arab, her story resonated with the harsh reality of male dominance and social oppression which pervades our societies. I truly loved how Nawal El Saadawi depicted the intricate contradictions and hypocrisy of Arab societies when she described Firdaus’s uncle as a semi-progressive man who encouraged her to go to school and read to her, only to take advantage of her when she needed him the most.

As I was reading, I couldn’t help but expect the narrator to reflect more on this woman’s heartbreaking story but I realized later that it was a brilliant way of letting us think for ourselves. El Saadawi’s lyrical prose is both eye-opening and disturbing given the context. I appreciated her shedding light on Firdaus’s empowerment so as not to leave us in complete darkness. However, the more I read this book, the more I thought “it has to get better for Firdaus at some point.” Yet the fact that it doesn’t empowered her to become a voice for other women with the same fate.

Women at point zero is a classic Feminist novel that I believe everyone should read. The writing is honest, simple, and poetic which makes it feel as though it was a heart-to-heart conversation. Nawal El Saadawi urges us to examine the world around us, awareness being the first step towards emancipation. If you read this book, you will be shaken when you will realize that Firdaus is at peace with what she went through, as if she couldn’t have betrayed herself believing in a different fate. This realization will make you want to fight for Firdaus’s voice to be more heard, for Nawal El Saadawi’s writing to get the love and recognition it deserves.

The power of El Saadawi’s writing can be felt through the following excerpt which has stayed with me to this day:

The street was an endless expanse stretched out before my eyes like a sea. I was just a pebble thrown into it, battered by the waves, tossed here and there, rolling over and over to be abandoned somewhere on the shore.” 


French

« Ferdaous, une voix en enfer » – Nawal El Saadawi

Nawal El Saadawi est l’autrice qui m’a introduite à la littérature féministe arabe. Connue comme la féministe radicale d’Egypte, elle a dédié sa vie à la lutte contre le patriarcat et l’oppression dont sont victimes les femmes, sans aucun égard aux critiques et aux indignations publiques reçues en retour (et au travail qu’elle a perdu à cause de son activisme politique). Elle était médecin, écrivaine et une féministe qu’on a souvent identifiée comme la « Simone de Beauvoir du Monde Arabe ». Ses travaux explorent des sujets controversés tels que la prostitution, la violence conjugale, le fondamentalisme religieux et la mutilation génitale des personnes de sexe féminin.

Dans « Ferdaous, une voix en enfer », on suit l’histoire d’une femme qui a été abusée par des hommes et dont la soif de vengeance et de liberté la conduira à tuer l’un d’entre eux. Son acte est présenté comme un cri de désespoir face à une société injuste où elle s’est sentie tellement impuissante que la mort lui a semblé être la seule délivrance possible. Le livre commence une nuit avant son exécution, où à l’intérieur de sa cellule elle raconte son histoire à une psychiatre, d’une voix empreinte de grande urgence et de vulnérabilité. Son passé nous est lentement dévoilé, celui d’une prostituée réprimant ses sentiments et son traumatisme issus de plusieurs années d’abus sexuels et d’humiliation. Cette immersion est douloureuse aux lectrices et aux lecteurs tant sa souffrance est presque palpable, ses mots nous mettent mal à l’aise, pourtant nous sommes incapables de refermer le livre…

Ferdaous est un personnage que je serai incapable d’oublier. Sa force et sa souffrance m’ont mise en colère, m’ont rendue triste, m’ont horrifiée parfois, pourtant je n’ai jamais douté de son histoire. J’ai partagé ce qu’elle a vécu lors de discussions avec des ami.e.s (européen.ne.s pour la majorité), et la plupart d’entre elles/eux avait du mal à croire qu’une femme puisse affronter autant de souffrances et d’injustices juste parce qu’elle est femme. Malheureusement, en tant qu’Arabe, son histoire a résonné avec la dure réalité de la domination masculine et l’oppression sociale qui envahissent nos sociétés. J’ai beaucoup apprécié la façon dont Nawal El Saadawi a dépeint les contradictions et l’hypocrisie des sociétés arabes, notamment à travers le personnage de l’oncle de Ferdaous qui nous est d’abord présenté comme un homme semi-progressiste qui l’encourageait à aller à l’école et lui faisait la lecture, mais qui n’a pas hésité à profiter d’elle quand elle a eu le plus besoin de lui. 

Pendant ma lecture, je ne pouvais m’empêcher de m’attendre à ce que la narratrice développe un peu plus l’histoire de cette femme, puis j’ai fini par réaliser que c’était une décision brillante de nous laisser en juger par nous-mêmes. La prose lyrique d’El Saadawi nous ouvre les yeux et nous trouble en même temps vu le contexte. J’ai apprécié qu’elle mette la lumière sur l’empowerment de Ferdaous et qu’elle ne nous ait pas abandonné.e.s dans une obscurité totale. Cependant, plus j’avançais dans ma lecture et plus je me disais « les choses vont forcément finir par s’améliorer pour Ferdaous. » Que tel ne fut pas le cas, a fait d’elle la voix qui donnera de la force à toutes les femmes qui ont eu le même destin.

« Ferdaous, une voix en enfer » est un classique féministe que tout le monde devrait lire. L’écriture est franche, simple et poétique, ce qui nous offre un récit très intime. Nawal El Saadawi nous pousse à examiner le monde qui nous entoure, la prise de conscience étant le premier pas vers l’émancipation. Si vous lisez ce livre, vous serez secoué.e.s lorsque vous réaliserez que Ferdaous est en paix avec tout ce qu’elle a traversé, comme si elle ne pouvait se trahir en croyant à la possibilité d’un destin différent. Ceci vous donnera envie de lutter pour que la voix de Ferdaous soit entendue et que les œuvres de Nawal El Saadawi reçoivent tout l’amour et la reconnaissance qu’elles méritent.

La puissance de la plume d’El Saadawi peut être ressentie à travers cet extrait auquel je pense encore à ce jour : 

The street was an endless expanse stretched out before my eyes like a sea. I was just a pebble thrown into it, battered by the waves, tossed here and there, rolling over and over to be abandoned somewhere on the shore.” 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s